Défendons les APL pour tous !

Dernièrement, de nombreuses rumeurs ont circulé concernant la suppression des Aides Personnalisées au Logement (APL) pour les étudiants non-boursiers et la mise en place d’un « SMIC transitoire » (inférieur au SMIC actuel).

Dénuée de toute réflexion sur le système d’aides sociales actuel et ne prenant pas en compte le niveau élevé du prix des loyers notamment à Paris, l’idée d’une suppression des APL serait une catastrophe pour les conditions de vie sociales des étudiants. Or les APL leur permettent de payer plus facilement loyer et charges d’un logement. Selon l’OVE, près de la moitié des étudiants se salarient au cours de l’année universitaire, sans compter ceux travaillant au noir. Supprimer les APL pour les étudiants non boursiers, c’est donc avant tout leur rajouter un poids, détériorer leurs conditions sociales et même défavoriser la réussite de leurs études.

Quant à l’idée d’un SMIC transitoire défendue par le Président du MEDEF, Pierre Gattaz, celui-ci se situe dans la droite ligne précarisant du SMIC jeune de 1994 et du Contrat Première Embauche de 2006. Cela constituerait une précarisation et une fragilisation inacceptables des conditions de travail.

L’AGEPS s’oppose donc à la mise en place d’un quelconque « SMIC transitoire », qui s’apparenterait plus à de l’exploitation qu’à un travail régulier. Elle affirme enfin son opposition à la suppression comptable des APL pour les non-boursiers, et soutient la mise en place d’une allocation d’autonomie « universelle mais individualisée (selon les conditions de vie locales) et [s’accompagnant] d’un encadrement et d’un suivi personnel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *