Archives de catégorie : Elus

Résultats des élections 2014 : L’AGEPS de nouveau majoritaire !

Suite aux élections des représentants étudiants qui se sont tenues les 11 & 12 février derniers, nous tenons à vous remercier pour votre confiance : grâce à vos votes,l’AGEPS est de nouveau majoritaire dans tous les conseils de l’Université avec 2 sièges sur 5 au CA, 4 sièges sur 10 au CEVU ainsi que 3 sièges sur 4 au CS. Nos élus sont toujours disponibles pour répondre à vos questions, vos réclamations ou vos problèmes, n’hésitez pas à les contacter !!

Conseil d’Administration

Titulaires
Stessy MALQUY – L3 Histoire – stessy.malquy@gmail.com

Matthieu MINE-GARROS – M1 Philosophie – minegarros.matthieu@hotmail.fr

Suppléants

Axelle BREMONT – M2 Archéologie – axelle.bb@gmail.com

Victor NIFLE – L2 Philosophie – victor.nifle2@gmail.com

 

Conseil de Formation et de la Vie Universitaire

Titulaires

Eugène SANDOZ – M1 Philosophie – sandozeug@gmail.com

Matthiew LEISER – L2 Histoire – mathiew.leiser@gmail.com

Jennyfer DELLUPO – L2 LLCE Anglais – jenny.dellupo@hotmail.fr

 

Suppléants

Louis DUBOIS – L2 LLCE Anglais – lpm.dubois@gmail.com

Juliette HALLE – Agrégation Philosophie – juliette.halle@gmail.com

André REBELO-ROCHINHA – M2 Philosophie – andre.rebelo91@gmail.com

Valentina SAEZ-LEAL – M2 Etudes Nordiques – valentina.sleal@gmail.com

 

Conseil Scientifique

Titulaires

Simon VACHERON – Ecole Doctorale III – simon.vacheron@paris-sorbonne.fr

Cléa BENOLIEL – Ecole Doctorale V – clea.benoliel.1@paris-sorbonne.fr

Antoine BISCERE – Ecole Doctorale III – antoinev.biscere@laposte.net

Suppléants

Elsa VERET – Ecole Doctorale V – elsa.veret@paris-sorbonne.fr

David JURADO – Ecole Doctorale IV – david_jurado@rocketmail.com

Anya Soriya – Ecole Doctorale III – soriya@ipsa.fr

Listes déposées par l’AGEPS pour les élections des 11-12 février au CA, CEVU et CS

Les mardi 11 et mercredi 12 février 2014, vous allez voter pour vos représentants étudiants au Conseil d’Administration (CA) de Paris-Sorbonne, au Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) et au Conseil scientifique (CS). Vous trouverez ci-dessous les listes présentées par l’AGEPS avec les noms, niveaux et filières de ceux qui vous représenteront et défendront vos droits pendant les deux années à venir avec votre confiance !

Les bulletins de vote AGEPS comporteront le bandeau suivant :

Hebergeur d'image

LISTE PRESENTEE PAR L’AGEPS AU CA DE PARIS-SORBONNE

Stessy MALQUY – L2 Histoire
Matthieu MINE–GARROS – L3 Philosophie
Axelle BREMONT – M1 Archéologie
Victor NIFLE – L1 Philosophie
Martha RUSSOLI – L3 bilicence Philosophie/Sociologie
Etienne GRANIER-DEFERRE – L3 Philosophie
Alice BENSO – Prépa Agrégation Grammaire
Marin MADELINE – L3 bilicence Histoire/Géographie
Camille BONNET – M1 Histoire de l’Art
Lawrence COSSON – Prépa Capès Histoire

Hebergeur d'image

LISTE PRESENTEE PAR L’AGEPS AU CEVU DE PARIS-SORBONNE

Eugène SANDOZ – L3 bilicence Philosophie/Sociologie
Salomé PAUL – M2 Lettres Classiques
Mathiew Leiser – L1 Histoire
Jennyfer DELLUPO – L1 LLCE Anglais
Louis DUBOIS – L1 LLCE Anglais
Juliette HALLE – Prépa Agrégation Philosophie
André REBELO-ROCHINHA – M1 Philosophie
Valentina SAEZ-LEAL – M1 Etudes Nordiques
Emilien HOSTEN – M1 Philosophie
Savanny HEMERY-PHLEK – L2 Lettres Modernes
Josian TULASNE – L3 bilicence Histoire/Géographie
Katia Sofia HAKIM – Prépa Agrégation Musicologie
Vincent-François RIBEROLLES – M1 Philosophie
Nadia SILEM – L3 Histoire
Hadrien FRANCOIS – L2 bilicence Histoire/Géographie
Elianor OUDJEDI – L1 bilicence Histoire/Anglais
Octave BUFI – M2 Histoire
Mariem BAHAFFOU – L2 bilicence Philosophie/Lettres Classiques
Anthony L’HOSTIS – L3 Lettres Modernes Appliquées
Eléonore BOULARD – L1 Lettres Modernes Appliquées

Hebergeur d'image

LISTE PRESENTEE PAR L’AGEPS AU CS DE PARIS-SORBONNE

Simon VACHERON – Ecole Doctorale II (Histoire Moderne et Contemporaine)
Cléa BENOLIEL – Ecole Doctorale V (Concepts et Langages)
Antoine BISCERE – Ecole Doctorale III (Littératures françaises et comparées)
Elsa VERET – Ecole Doctorale V (Concepts et Langages)
David JURADO – Ecole Doctorale IV (Civilisations, Cultures, Littératures et Sociétés)
Anya Sroriya – Ecole Doctorale III (Littératures françaises et comparées)

Projet électoral de l’AGEPS pour les élections des conseils centraux – 2014

Votre syndicat indépendant de Paris-Sorbonne, toujours engagé dans la défense d’une université gratuite, laïque, ouverte à tous, et dans l’amélioration de nos conditions d’étude et des droits étudiants, vous propose son programme électoral pour les élections des conseils centraux les mardi 11 et mercredi 12 février.

Allez voter nombreux, l’avenir de l’université dépend de votre mobilisation et de la qualité de vos élus !

Ci-jointe d’abord notre profession de foi :

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus, voici l’intégralité de notre projet électoral au format PDF, téléchargeable ici

Communiqué sur la loi de parité à l’université : oui à l’égalité homme-femme, non à une parité absurde

La question de la parité est un thème important dans tous les domaines de la société, et l’université ne fait bien évidemment pas exception. Si L’A.G.E.P.S. soutient avec force l’égalité femme-homme, la mise en place de celle-ci ne doit pas néanmoins court-circuiter la démocratie.

C’est donc dans cette optique que nous avons considéré l’application de la loi sur la parité dans les conseils de l’université que le Comité Electoral Consultatif (CEC) s’est vu imposer.

En effet, l’obligation de listes respectant strictement la parité semble une très bonne idée pour les conseils centraux, mais nie complètement la réalité de la population étudiante dans chaque UFR.

Il est en effet indéniable que certaines filières attirent plus de femmes que d’hommes et vice versa : ce n’est point là une règle intrinsèque, mais un constat de fait. Aussi, une liste paritaire sera non seulement difficile à monter pour les organisations de taille modeste, qu’il s’agisse des petits groupes syndicaux qui se présenteraient aux conseils centraux, ou des syndicats ou associations de filière pour une UFR composée d’une vaste majorité d’hommes – ou de femmes – , mais aussi presque insurmontable pour des étudiants voulant monter des listes indépendantes entre amis, décourageant de fait l’investissement des étudiants dans la vie universitaire.

En outre, nous considérons qu’imposer la parité dans des instances où nous parlons en tant qu’étudiants, et non pas en tant qu’homme ou femme, n’a guère de sens.

Pourtant le règlement qui nous a paru le plus absurde, et qui dans son application va constituer une énorme entrave pour la démocratie universitaire, est la parité finale obligatoire dans la constitution des conseils, passant si besoin par la destitution d’un élu de la liste la moins plébiscitée, chez les étudiants et BIATSS en tous cas. C’est là une discrimination, pouvant aller dans les deux sens, qui va totalement à l’encontre de l’idée même de parité et de démocratie, puisque cela reviendrait à destituer quelqu’un en fonction de son genre.

Encore une fois, nous constatons l’absence de connaissance du terrain dans les hautes instances ministérielles, imposant à la va-vite une réforme sans même prévoir l’application concrète : quid en cas de liste incomplète ? Ou de démission d’un élu ? D’élections dans certaines unités où les collèges A, B ou BIATSS, comptent une majorité écrasante de femmes ou d’hommes ? En cas de changement de sexe d’un élu ? (Cas certes extrême, mais pas aussi rare qu’on peut le croire)

Inscrit dans l’esprit d’une pure culture du chiffre, ce changement irréfléchi ne prend absolument pas en compte les réalités de la vie universitaire, et cherche seulement à atteindre un objectif défini en haut lieu au détriment de la démocratie à l’université, ce à quoi nous sommes absolument et résolument opposés.

2012-2014 : Contactez vos élus dans les Conseils Centraux !

Conseil d'Administration (CA) :

Marie-Marine AKERMANN, L3 Lettres Modernes Appliquées : mmakermann@hotmail.com

Julien FOUQUET, M1 Histoire : fouquet.julien.91@gmail.com

 

Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU) :

Alice BENSO, M1 Études Médiévales / M1 Grec : alice.benso@gmail.com

Marine VITTOZ, M2 Histoire

Juliette HALLÉ, M1 Grec : juliette.halle@gmail.com

 

Conseil Scientifique (CS) : Doctorants indépendants et AGEPS, organisateurs des Consultations doctorales, soutenus par DOCTEL :

Maxime LONLAS, ED 1 (Histoire)

Sylvain BESLE, ED 5

Charles NICOLAS, ED 1 (Histoire) : charles.nicolas@hotmail.fr

 

Élections des 14 et 15 février 2012

Vos élus dans les Conseils Centraux

Conseil d'Administration

Marie-Marine AKERMANN, étudiante en L3 de Lettres Modernes Appliquées

 

contact : mail

 

Conseil des Études et de la Vie Universitaire

Ariane BUISSON, étudiante en Master 2 de Latin

contact : mail ou tél. 01 40 46 29 85

Simon VACHERON, étudiant en Master 2 d'Histoire

contact : mail

Emma OZAWA, étudiante en Master 2 de Littérature française

Conseil Scientifique

Maxime LONLAS, doctorant en Histoire

contact : mail

 

Véronique TURPIN-HALPERIN, doctorante en Histoire de l'Art

Caroline BOUTEILLER-LAURENS

Contactez vos élus d’UFR !

Vos représentants dans les Conseils d'UFR sont là pour vous défendre, vous conseiller, répondre à vos questions et sollicitations. N'hésitez pas à prendre contact avec eux si vous en avez besoin ou si vous souhaitez vous investir dans la vie de votre ufr !

 

– Littérature française et comparée et Langue française : ufr.litterature@gmail.com

 

– Latin et Grec : ufr.languesanciennes@gmail.com

 

– Études germaniques : etudes.germaniques@gmail.com 

 

– Histoire : ufr.histoire@gmail.com

 

– Histoire de l'Art et Archéologie : histoart.archeologie@gmail.com

 

– Musicologie : ufr.musicologie@gmail.com

 

– LEA : ufr.lea@gmail.com

 

– Philosophie-Sociologie : philosophie.sociologie@gmail.com

Il faut consulter les doctorants !

Dernière lettre du sigle LMD, le D, pour « doctorat », est désormais la marque du troisième cycle universitaire, dernière étape du parcours de l’étudiant à l’Université. Placé dans cette désignation au même niveau que le L et le M, il n’en reste cependant pas moins que le D n’est ni la suite logique, ni la conséquence naturelle du Master. Son entrée est sélective: elle dépend de l’accord de diverses autorités, dont bien sûr celle du Directeur de Recherche, mais aussi de la Commission des Doctorats et de l’aval du Conseil Scientifique. Pour formelles que ces exigences soient, il apparaît toutefois que le D est un moment singulier dans les études. Nombre d’étudiants qui le visent dès leurs premières années sont surpris d’apprendre qu’il n’offre ni cours ni examens, et que sa durée, extensible à l’infini, dépend du bon vouloir du doctorant. Alors, que se passe-t-il entre l’inscription en première année de D et la soutenance ?

 

C’est sur point qu’il faut se pencher tout particulièrement dans notre belle université. Car pendant les trois années du D, il se passe bien des choses… ou pas. On attend du doctorant, voire dans certaines disciplines du masterant, une totale indépendance et une rigueur exemplaire. Certains doctorants, mais ils ne sont légion en sciences humaines, sont financés : allocataires-moniteurs, ATER ou bénéficiaires de bourses privées ou publiques. Ceux-là et se voient chargés d’enseigner dans le supérieur. D’autres, titulaires du CAPES ou de l’agrégation, enseignent dans le secondaire et trouvent encore le temps de passer de longs moments à la bibliothèque. Certains n’ont aucun financement stable et sont dans la précarité, allant de vacations en petits boulots. Sur le travail de l’apprenti-chercheur, on sait qu’il est aussi diversifié que les sujets inscrits au Fichier Central des Thèses : exploration d’archives, constitution de corpus, saisie de données, missions de terrain, ou encore participation à des congrès et autres colloques, sont autant de raisons pour le doctorant de sortir de la bibliothèque. Qu’en est-il donc de cette fameuse « formation doctorale » ? Elle se fait « sur le tas ». C’est au doctorant de prendre toutes les initiatives et de s’auto-former, d’apprendre par lui-même (et sans doute par l’erreur) tout ce qu’il ou elle doit savoir faire pour devenir docteur. Il ne faut cependant pas oublier dans tout cela les directeurs de recherche qui jouent un rôle de conseiller et de guide mais cela peut varier du tout au tout.

 

Au niveau institutionnel, de nombreuses procédures et aides existent pour aider les doctorants. Mais elles sont méconnues, ou accessible seulement à un réseau d’initiés. Bonus Qualité Recherche, aires culturelles et autres financements « sur le pouce » que l’on peut demander aux ED, sont des désignations obscure pour une majorité d’étudiants qui pourtant en auraient besoin. Certaines écoles doctorales communiquent à ce sujet et s’efforcent d’informer leurs jeunes chercheurs, d’autres non. De plus, l’accès à l’information est inégal et difficile en amont du doctorat : tous les étudiants ne voient pas portée à leur connaissance la possibilité de postuler pour une allocation de thèse et un monitorat, par exemple. Ainsi, s’il existe une uniformité des moyens disponibles aux doctorants, ces derniers leur sont inégalement connus. Si bien qu’il peut sourdre une certaine réticence à se tourner vers l’université pour devenir un chercheur efficace, en dépit des dispositifs existants. Le problème qui se pose est au final de rapprocher deux partenaires qui se tournent le dos bien malgré eux.

 

Les doctorants, sont, pour finir, une population mystérieuse, difficile à quantifier et à toucher. S’ils ne fournissent pas leurs coordonnées électroniques, ou s’ils continuent de travailler leur thèse sans s’inscrire à l’université une année donnée, on perd leur trace. De ce fait, l’université n’est pas en mesure de recenser avec exactitude les étudiants de 3e cycles, qui s’inscrivent à la fac en pointillés. Mais peut-on leur en tenir rigueur ? Comment, étant donné la difficile circulation de l’information, et la quasi-absence de dialogue entre étudiant et université, leur demander de payer des droits d’inscription ?

 

A l’heure de l’autonomie des universités et des changements dans le paysage de la recherche, activité critiquée et remise en question, il est temps de s’interroger sérieusement sur la formation doctorale et de commencer par laisser voix à ce chapitre aux principaux intéressés. Pour tirer le meilleur profit du prestige de notre université et de son influent corps enseignant, il faut consulter les doctorants, ce dont est en train de se charger cette rentrée la représentation étudiante au Conseil Scientifique.

 

Mathias Degoute
Membre élu au Conseil Scientifique
Collège des étudiants
mathias.degoute@wanadoo.fr
 

NB : N'hésitez pas à contacter l’auteur de cet article par email pour toute question sur cette consultation, opinion à donner ou besoin d’information sur la date imminente de sa tenue (courant octobre).

Rencontrez vos élus d’UFR à l’occasion des réunions de rentrée

La rentrée universitaire à Paris 4 aura lieu le lundi 28 septembre 2009; auparavant, chaque UFR organise une réunion de rentrée afin d'accueillir les nouveaux étudiants et de leur présenter succintement le fonctionnement de l'UFR et de la filière (les dates sont consultables à partir du site internet de l'université). Vos élus d'UFR en profiteront pour se présenter à vous: n'hésitez pas à venir discuter avec eux à cette occasion: ils sauront être de bon conseil !